vendredi 17 juin 2016

P comme... mourir en retour de Pélerinage de Ste Reine

Vu dans l'état civil de Crancey dans l'Aube en 1652 :

Catherine GIRARD, femme de Jean Porcheron, mourut en revenant de pèlerinage de Sainte Reyne et fut inhumée en la paroisse de L'Isle, âgée de 48 ans, -------  les saints sacrements. le ? 20 septembre ? 2 octobre ?  1652 
Difficile de lire la date - mais l'acte suivant (Etienne Rozé) date du 27 octobre...


Des recherches nous amènent Alise, à près de 150 km de Crancey dans le département actuel de l'Yonne, puis au pèlerinage de Sainte Reine :



La commune d'Alise est située au pied du mont Auxois, à 180 m au-dessus de la plaine, un ancien oppidum gaulois puis une cité gallo-romaine.
Elle est assimilée à Alésia, l'antique place forte défendue par Vercingétorix.
C’est en ce lieu que Reine, jeune bergère de 15 ans, native du village voisin de Grignon est élevée clandestinement dans la foi chrétienne par sa nourrice. Mais en 253, elle croise la route du préfet Olibrius accompagné de son escorte. 
 "Selon la version du Mystère de sainte Reine diffusée depuis le 17ème siècle, Olibrius, séduit par la beauté de la jeune gauloise, demande sa main à son père avant de poursuivre son chemin.
Mais Reine dévoilant sa foi chrétienne et son aversion pour les idoles barbares, insensible à l’avenir brillant qu’à Rome lui promet Olibrius, est jetée au cachot, torturée et finalement exécutée aux abords de la cité gallo-romaine, en un lieu reconnu comme celui de la « source miraculeuse », au cœur même du village d'aujourd’hui."
C'est à l'endroit où sa tête est tombée lors de son martyre, qu'aurait surgi une source réputée miraculeuse.
Inhumé hors de la ville, le corps saint aurait été redécouvert vers le IVe siècle et transféré en ville où l’on bâtit un mausolée qui deviendra une basilique au haut Moyen Âge.
La sainte était particulièrement invoquée dans les cas de dermatoses, dartres, syphilis. On avait également recours à Sainte Reine pour demander la paix. 
 Les pèlerins affluaient plus particulièrement autour du 7 septembre, jour de fête de la sainte.
Le culte de sainte Reine à Alise semble avoir connu une belle vigueur de la fin du Moyen Âge jusqu'au XVIIe siècle. Il est fait mention dès la fin du XVIe de boutiques vendant des bouteilles d’eau de la source Sainte-Reine, et des articles de piété (chandelles, chapelets, livrets de pèlerinage...) ==> Voir les boites de Sainte Reine sur ce site 
L'installation du couvent des Cordeliers en 1644 correspond à la fois à la nécessité d’accueillir les pèlerins, mais également à celle d'encadrer le pèlerinage. 
Pour l'année 1659, 12 000 pèlerins seraient venus à Alise, on relève 20 000 personnes en 1663, puis 60 000 en 1670...À la fréquentation des pèlerins s'ajoute celle d'une population déjà attirée par les vertus curatives de l'eau de la fontaine d'Alise et dont la pratique se rapproche plus du thermalisme. En effet, des bains, installés à proximité de la chapelle au début du XVIIe siècle, permettaient aux malades de se plonger dans les eaux miraculeuses de la fontaine.
Après l'interruption du pèlerinage durant la période révolutionnaire, le pèlerinage connut une reprise dès les premières décennies du XIXe siècle. Le "mystère de sainte Reine", représentation théâtrale de la tragédie de sainte Reine, et des processions, maintiennent le culte de Reine vivace dans la paroisse.  
Après la défaite de 1870, et parallèlement à la construction de l'image de Vercingétorix comme symbole de la lutte contre l'envahisseur, Reine est assimilée elle-aussi à une résistante. 

Catherine est dite inhumée dans la paroisse de L'Isle qui correspond à la commune actuelle de Isle-Aumont.

Eglise de Isle-Aumont
Au XIIIe siècle, L'Isle devient déjà un point de passage pour les pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle, comme en témoigne encore la coquille Saint-Jacques sculptée sur le mur méridional du chœur. Le nom de Isle-Aumont date de 1665.

D'après la carte, le parcours de Crancey à L'isle devait se faire en moins d'une semaine. Catherine était-elle arrivée pour la fête du 7 septembre ? 


Comment se faisait ce chemin à cette époque ? 

Catherine voyageait-elle seule ? Si sa mort a été attestée à Crancey, on peut supposer qu'elle était accompagnée de personnes la connaissant, mais à ce jour, je n'ai pas trouvé les actes de décès sur la période 1649 -1652 sur Isle-Aumont me permettant d'obtenir plus d'informations.

Où dormait-elle ? 
Ce voyage représentait-il un coût important pour la famille ?

Sur cet acte, elle est dite avoir 48 ans, d'après d'autres actes elle n"en aurait que 40...

Qu'espérait-elle de ce pèlerinage ?

Sources : 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alise-Sainte-Reine
http://sanctuaires.coldev.org/index.php
http://www.mairie-alise-sainte-reine.fr/sainte-reine
http://www.christaldesaintmarc.com/alise-sainte-reine-c18991027
http://www.bourgogne-tourisme.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire