vendredi 17 juin 2016

O comme... Les Oies de Casimir-Périer

Ma mère m'a raconté que mon grand-père, quand il était petit,  "allait garder les oies de Casimir-Périer"...


En effet le château de Jean Casimir-Périer se situait à 2 km de la rue où mon grand-père est né à Saint-Aubin, à la limite entre Nogent-sur-Seine, Pont-sur-Seine et Saint-Aubin dans l'Aube.


 Sur le site de Nogent-sur-Seine (ici), j'ai trouvé ces informations :
Jean Casimir-Périer (1847-1907) est le fils de Auguste Périer (1811-1876) dit Casimir, diplomate, académicien des sciences, député de l’Aube, président du Conseil général et ministre de l’intérieur de 1871 à 1873 sous la présidence de Thiers. 
Il est aussi le petit-fils de Casimir Périer né à Grenoble, riche banquier, député de Paris, ministre de Louis-Philippe, président du Conseil en 1831 qui fit entrer la demeure de Pont-sur-Seine dans la famille Périer. Le château avait appartenu à Napoléon qui l'avait acheté pour sa mère, puis incendié.
Cette famille, devenue champenoise, était originaire du Dauphiné et était propriétaire du château de Vizille en 1775. 
Après la guerre Jean Casimir-Périer est chef de cabinet de son père alors Ministre de l’Intérieur. Conseiller général du canton de Nogent-sur-Seine en 1873 à la suite de son père, puis député Républicain en 1876, sous-secrétaire d’Etat au Ministère de l’Instruction Publique des Cultes et des Beaux-arts, puis sous-secrétaire d’Etat à la Guerre, il devient Président de la République en 1894 en remplacement de Sadi-Carnot. 
Mais il démissionne après 7 mois de présidence le 15 janvier 1895 sous la pression «des gauches» pour poursuivre sa carrière de parlementaire. Ce qui lui vaut de record du mandat le plus court...
L'aspect actuel du château est dû à Jean Casimir-Périer qui l’habita de 1878 à sa mort en 1907. Le chemin de fer Paris-Troyes faisait halte au bas de la propriété.  
Son fils Claude Casimir-Périer meurt au combat en 1915 sans descendance. Sa fille Germaine l’habite jusqu’à sa mort en 1968 comme résidence secondaire.
A sa mort, la propriété revient en indivision à deux neveux. Il est ouvert au public en 1975 puis, après changement de propriétaire en 1980 puis 1989, a refermé ses portes. (Source M. Espargilliere)
Mon grand-père est né en 1888. Avant 1900, il a donc pu en effet croiser Jean Casimir-Périer et venir garder ses oies dans le parc du château... ou bien les oies de son garde-chasse... ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire