dimanche 12 juin 2016

J comme... Jour mémorable à Marnay

On a dû parler longtemps de ce Jour exceptionnel du 15 août 1762, fête de l'Assomption, dans les veillées de Marnay-sur-Seine dans l'Aube, tel qu'il est retranscrit dans les registres d'état civil :

"Fin d'une harangue faite à Mgr de Boulogne le quinze août 1762 fête de l'assomption, à la grande porte de l'Eglise avant la grande messe à laquelle assista monseigneur Deboulogne en qualité de Seigneur de Marnay, ci-devant controolleur Geal, cordon bleu, accompagné à cet office solennel de madame Son Epouse, monsieur son fils intendant des finances, de deux demoiselles Ses petites filles, dont une présenta les pains bénis, et d'autres Seigneurs et Dames.
Sentiments de religion que vous faites paraître avec édification dans ce St Temple, sont une Epoque qui sans doute n'a pas été jusqu'à présent, epoque qui mérite que nous la transcrivions sur nos registres signés des marguilliers, habitans et de nous curé.
Vos descendants sauront, Monseigneur, dans siècles reculés qu'un de leurs ayeul illustre par de si hauts titres, est venu dans une année du dix huitième siècle se prosterner au pied des autels, assister aux Saints Mystères, avec Madame, Monsieur son fils intendant des finances, et sa nombreuse famille au jour et grande fête de l'Assomption de la Ste Vierge, patronne de cette paroisse. Mgr en étant seigneur (??), et fit en ce jour de très abondantes aumônes" 

La note n'est signée que par Laurent Oudiette, maître d'école et Louis Delaunay, marguillier. 
Le curé a peut être laissé la plume au maître d'école, meilleur dans les bonnes tournures de phrases, ou peut-être est-il malade (il décède l'année suivante)...

J'espère que les descendants de Monseigneur de Boulogne (ou Boullongne) à qui cette note est destinée se reconnaîtront et recevront ce message !!

Une recherche sur Internet m'a amenée sur une page du site de Pierre DRIOUT (Merci !)  

D'après les dates et éléments du registre, et bien que je ne reconnaisse pas le fils "intendant des finances"... je pense qu'il s'agirait surement de :
"Jean de Boullongne (13/10/1690 - 22/02/1769), comte de Nogent-sur-Seine (Aube), sgr de Marnay (Aube), Macon (Aube), La Chapelle-Godefroid (Aube), membre honoraire amateur de l'académie de peinture, 1er commis des finances en 1724, conseiller au Parlement de Metz en 1726, intendant des finances en 1744, fut de 1757 à 1759 contrôleur général des finances et en 1758 trésorier de l'ordre du Saint-Esprit.
Il épouse le 17/04/1719 Charlotte Catherine de Beaufort, fille de Charles, fermier général."
Toujours d'après cette source, ils sont les parents de Jeanne-Edmée de BOULOGNE, mariée en 1743 à Charles-François-Gabriel de HALLENCOURT,surement plus âgé car déjà mousquetaire du roi en 1727 eux-mêmes parents de 2 filles :

- Charlotte-Françoise née en 1745 (donc 17 ans en 1762) qui se mariera avec Emmanuel-Marie-Louis marquis de NOAILLES, et de MAINTENON
Adélaïde-Élisabeth-Charlotte, née en 1747 (donc 15 ans en 1762) qui se mariera à Louis-Antonin de BELZUNCE, chevalier, marquis de CASTELMORON

Je passe le détail de tous les "hauts titres" et charges de cette famille, qui semble avoir eu beaucoup de soucis ensuite à la révolution...

Puis d'autres recherches m'ont permis de découvrir ce titre de Cordon bleu
L'ordre du Saint Esprit était la plus illustre des décorations sous l'ancien régime. Fondé en 1578 par Henri III pendant les guerres de religion, il regroupait des hommes  issus de la noblesse, chefs du parti catholique contre les protestants.Les chevaliers de l'Ordre du Saint Esprit portaient comme insigne une croix de Malte suspendue à un large ruban de couleur moirée bleu ciel.
Cette distinction suprême de l'aristocratie française fut remplacée par la légion d'honneur en 1802 par Napoléon.

Et à la suite, j'ai trouvé la fiche de Jean de Boullongne sur Wikipédia
Jean de Boullongne
1735 - Jean-Louis de Boullongne (gr. Wille 1758).jpg
Jean de Boullongne par Wille d'après Hyacinthe Rigaud - 1735
Jean de Boullongne, comte de Nogent-sur-Seine (Aube), est un magistrat et homme politique français né à Paris le 13 octobre 1690 et mort à Paris le 22 février 1769.

Biographie


Fils de Louis II de Boullogne, artiste peintre (écuyer, peintre célèbre, décorateur de l'église des Invalides, de la chapelle de Versailles...) et de Marguerite Baquet, fille d’Étienne Baquet, pourvoyeur de la Maison du roi. Nommé dès 1711 conseiller du Roi et Trésorier-Payeur des rentes de l'Hôtel de Ville, Jean de Boullongne épouse en 1719 Charlotte-Catherine de Beaufort, fille de Claude-Pierre, avocat du roi au Présidial de Provins et fermier général, avec laquelle il eut cinq enfants.


Conseiller au parlement de Metz (16 décembre 1725), puis intendant des finances (1744), conseiller d'État, membre du Conseil royal des Finances, il devint contrôleur général des finances le 25 août 1757 jusqu'au 4 mars 1759. Il recourut à l’émission de multiples emprunts et à une augmentation des impôts afin de pallier le déficit entraîné par la guerre de Sept Ans.


Le 4 mars 1759, le comte de Saint-Florentin, ministre de la Maison du roi, lui annonça que Louis XV ne voulait plus de ses services ; il s'exila alors chez un de ses cousins à Falaise en Normandie.


Il s'installa ensuite au château de La Chapelle-Godefroy à Saint-Aubin dans l'Aube.


En 1767, en jouant au jeu de paume, il se fractura une rotule et mourut de cette blessure plus d'un an après.
----------*-*-*-------------
L'arrivée de tout ce beau monde dans la petite église de Marnay a dû surement être mémorable et méritait bien en effet cette transcription.

Quels souvenirs cet événement a dû laisser ! et toutes ses belles tenues dans de si beaux tissus à la mode de Paris !





Merci aux auteurs de ce texte d'avoir pensé à nous faire partager leur émotion.


J'en profite pour adresser un remerciement posthume aux curés de Marnay, qui ont tenu les registres d'état civil avec beaucoup de soin et une belle écriture, ce qui en rend la lecture si agréable, comparée à d'autres...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire